Cinéglobe - Critiques des films à l'affiche par Aline

L'actualité du cinéma- Critiques des films du moment! Archives 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 -2015 - 2016 - 2017

11 novembre 2013

Inside Llewyn Davis

21005275_20130927183847948

Drame

67564366

Film américain

Note: 13/20 ♥♥

Date de sortie: 6 novembre 2013
Réalisateur:
Ethan Coen, Joel Coen
Acteurs:
Oscar Isaac, Carey Mulligan, Justin Timberlake
Durée:
1h45

Synopsis (Allociné) :
Inside Llewyn Davis raconte une semaine de la vie d'un jeune chanteur de folk dans l'univers musical de Greenwich Village en 1961. Llewyn Davis est à la croisée des chemins. Alors qu'un hiver rigoureux sévit sur New York, le jeune homme, sa guitare à la main, lutte pour gagner sa vie comme musicien et affronte des obstacles qui semblent insurmontables, à commencer par ceux qu'il se crée lui-même. Il ne survit que grâce à l'aide que lui apportent des amis ou des inconnus, en acceptant n'importe quel petit boulot. Des cafés du Village à un club désert de Chicago, ses mésaventures le conduisent jusqu'à une audition pour le géant de la musique Bud Grossman, avant de retourner là d'où il vient.


Ma critique de "Inside Llewyn Davis": Ennuyeux, frères Coen, terne, ambiance morose, années 60, Garett Hedlund :) (mince je me suis endormie pile à son apparition), lent, musique folk, histoire d'un chanteur raté, beau rôle pour Oscar Isaac comédien guatémaltèque sympathique, belle photographie, belle bande originale, balade musicale, Justin Timberlake qui chante du folk, Carrey Mulligan avec une nouvelle coupe de cheveux, un univers décalé, vis ma vie de looser, réalisation avec une certaine âme, triste, réflexion sur la carrière, le succès, la désillusion, des scènes fortes, des scènes laborieuses, froid, curieux, émouvant, dépressif, Zzz. Carpe Diem.

inside llewyn davis

 Un film d'ambiance.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOOO

Rythme:       OOOOO

Acteurs:    OOOOO

Émotion:         OOCOO

 

Intéressant? Bof

Divertissant? Bof

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour l'atmosphère dégagée par le héros
-
pour le chat
- pour la chanson du début et la BO folk

 

3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- l'aspect du film chiant
- long
- scénario contemplatif

Posté par Aline Cineglobe à 18:24 - Drame - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vie de cinéphage n°10

 

snowp

Quand tu débarques au cinéma... un jour férié...

 

Posté par Aline Cineglobe à 17:01 - # Vie de cinéphage # - Commentaires [0] - Permalien [#]

Il était temps

21023225_20130729172913429

Comédie romantique

67563973

Film britannique

Note: 14,5/20

Date de sortie: 28 août 2013
Réalisateur:
Richard Curtis
Acteurs:
Domhnall Gleeson, Rachel McAdams
Durée:
2h03

Synopsis (Allociné) :
À l’âge de 21 ans, Tim Lake découvre qu’il a la capacité de voyager dans le temps... Lors de la nuit d’un énième nouvel an particulièrement raté, le père de Tim apprend à son fils que depuis des générations tous les hommes de la famille maîtrisent le voyage intertemporel. Tim ne peut changer l’histoire, mais a le pouvoir d’interférer dans le cours de sa propre existence, qu’elle soit passée ou à venir... Il décide donc de rendre sa vie meilleure... en se trouvant une amoureuse.


Ma critique de "Il était temps": Richard Curtis, le grand scénariste des comédies romantiques anglaises ("Love Actually", "4 mariages et un enterrement", "Le journal de Bridget Jones") revient à la réalisation avec cette nouvelle romance qui allie une pointe de fantastique : le héros a la capacité de voyager dans le temps! Il va utiliser son pouvoir pour trouver le grand amour, et va le trouver même rapidement...

il était temps

Un film sentimental teinté de mélancolie (l'amour, la famille, la tradition...) avec un message bien moraliste. L'humour n'est pas explosif mais équilibré, le film lorgne même avec une certaine intensité dramatique. Un récit innocent, des bons sentiments, des personnages pétillants comme Rachel McAdams habituée du genre.

On peut apprécier le fait que le scénario évite certains poncifs du phénomène "effet papillon". En effet, l'histoire réussie à ne pas être trop prévisible, même si la conséquence est un fil narratif plutôt sage et académique: on assiste à des scènes et à un message profondément convenu. L'ensemble manque souvent de piment, de tension ou d'enjeu, une fois la conquête terminée. C'est un aspect qui cependant ne nuit pas au plaisir de découvrir une histoire chargée de sensibilité. L'acteur principal Domhnall Gleeson (vu dans Harry Potter) est un anti-héros attachant grâce à ses maladresses.

il était temps 2

Le réalisateur met l'accent sur la relation qui lie chaque personnages entre eux: un aspect authentique et tendre plutôt réussi. "Il était temps" n'est pas décevant dans le sens où le montage est maîtrisé, les émotions amplifiées et le rythme posé. Cependant le film ne prend pas non plus un grand risque et tombe dans une facilité qui prêche parfois l'ennui.

Une romance assez platonique qui ne manque cependant pas de charme entre la piste sentimentale et fantastique.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOOO

Rythme:       OOOOO

Acteurs:    OOOCO

Humour:         OOOOO

 

Intéressant? Oui

Divertissant? Oui

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour des personnages tendres et touchants
-
pour le ton divertissant
- pour une réalisation sans esboufres

 

3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- le genre convenu, "tire-larmes" à l'eau de rose 
- what the fuck, le héros est laid
- une quête du grand amour vite abrégée

Posté par Aline Cineglobe à 16:19 - Comédie américaine/ étrangère - Commentaires [1] - Permalien [#]

Snowpiercer, Le Transperceneige

21038075_20130909110053289

Science-Fiction 

67563973

Film sud-coréen

Note globale: 13/20

Date de sortie: 30 octobre 2013
Réalisateur:
Bong Joon Ho
Acteurs:
Chris Evans, Song Kang-Ho
Durée:
2h05

Synopsis (Allociné) :
2031. Une nouvelle ère glaciaire. Les derniers survivants ont pris place à bord du Snowpiercer, un train gigantesque condamné à tourner autour de la Terre sans jamais s’arrêter. Dans ce microcosme futuriste de métal fendant la glace, s’est recréée une hiérarchie des classes contre laquelle une poignée d’hommes entraînés par l’un d’eux tente de lutter. Car l’être humain ne changera jamais…


Ma critique de "Snowpiercer, le Transperceneige":  Le réalisateur coréen Bong Joon Ho adapte une bande-dessinée française vieille de 30 ans sur la survie de l'humanité à bord d'un train. Le thème post-apocalyptique est plutôt bien vu: suite à une catastrophe qui a entraîné une ère glaciaire, les derniers hommes se sont réfugiés dans un train circulant de manière autonome. Voilà un sujet qui permet surtout de traiter le thème classique de la lutte des classes. Les gars très mal logis à l'arrière du train veulent se rebeller contre son créateur qui se roule les pouces à l'avant du train.

snowpiercer

La mise en scène en huis-clos est l'élément fédérateur du film, avec une ambiance très spéciale. Les plans resserrés, les décors évolutifs, les personnages imaginés donnent lieu à une production assez atypique qui ne respecte pas toujours le schéma narratif propre au genre hollywoodien. Le spectateur reste assez déconcerté par les évènements violents dénudés d'émotion. En gros, on ressent surtout la nationalité coréenne du film.

snowpiercer 2

Le transperceneige nous plonge dans un contexte original et extravagant (il se passe des choses bizarres dans ce train!), avec Chris Evans pour faire monter la température. Malheureusement, seule l'atmosphère très singulière du film s'impose comme telle, car le reste semble un défilé de caricatures et de dérives absurdes sans grande invention sur la déshumanisation. Le scénario rabâche des thèmes qui n'ont vraiment rien de nouveau: les pauvres qui mangent de la merde, les riches qui font des orgies...

snowpiercer 3

De plus le récit peine à se mettre en place, tout comme il a du mal à évoluer dans la pertinence des idées. Le rythme est assez mauvais, j'ai mis du temps à rentrer dedans. La mise en scène met surtout l'accent sur les combats de rébellion et dévoilent des personnages très curieux, auxquels on a vraiment du mal à s'identifier. Les scènes de bagarres ont un enjeu dramatique assez faible, violence pour violence.

On ne doute pas que la richesse du montage est sûrement intéressante et marquante, mais le message du film est pauvre, la conclusion banale. Et puis le pompon sur le mouvement perpétuel, c'est à la mode?

Une atmosphère très étrange, mais pas bien plus...

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOOO

Rythme:       OOCOO

Acteurs:    OOOOO

Emotion:        OCOOO

 

Intéressant? Correct

Divertissant? Moyennement

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour une ambiance très bizarre qui tient en éveil
-
pour la mise en scène excentrique de la violence
- pour l'idée de départ

 

3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- un scénario qui tourne dans le vide
- un visuel un peu décevant
- des thèmes clichés

Posté par Aline Cineglobe à 12:48 - Science-Fiction/ Fantastique - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2013

9 mois ferme

21030330_20130823114607709

Comédie

drap_francais Film français

Note: 16/20 ♥♥♥

Date de sortie: 16 octobre 2013
Réalisateur:
Albert Dupontel
Acteurs principaux:
Sandrine Kiberlain, Albert Dupontel
Durée:
1h22

Synopsis (Allociné) :
Ariane Felder est enceinte ! C'est d'autant plus surprenant que c'est une jeune juge aux mœurs strictes et une célibataire endurcie. Mais ce qui est encore plus surprenant, c'est que d'après les tests de paternité, le père de l'enfant n'est autre que Bob, un criminel poursuivi pour une atroce agression ! Ariane, qui ne se souvient de rien, tente alors de comprendre ce qui a bien pu se passer et ce qui l'attend...


Ma critique de "9 mois ferme": Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas autant amusée devant une comédie française. Des dialogues fins et déjantés, des acteurs excellents (Sandrine Kiberlain, Albert Dupontel), l'histoire est décalée avec un humour frais. Une très bonne surprise. Attention cependant, j'y suis allée en totale découverte de l'histoire, or la bande-annonce révèle tous les les éléments clés du film c'est dommage: pas sûr que l'intérêt soit le même si on la voit avant.

9 mois ferme

 Une comédie qui mérite son succès.

 

Réalisation:    OOOOO

Scénario:      OOOCO

Rythme:        OOOCC

Acteurs:    OOOOO

Humour:        OOOCO

 

Intéressant? -

Divertissant? Oui

 

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour l'histoire originale et ironique
-
pour le jeu des comédiens
-
pour l'humour burlesque sympathique

 

3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- la bande-annonce qui dévoile toute l'intrigue
- une ambiance un peu spéciale
- un peu tiré par les cheveux...

Posté par Aline Cineglobe à 23:12 - Comédie française - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vie de cinéphage n°9

 

thor

Quand le gars qui déchire ton ticket (et qui connaît ta tête par coeur) joue au gros dur...

 

Posté par Aline Cineglobe à 21:55 - # Vie de cinéphage # - Commentaires [1] - Permalien [#]

The Mortal Instruments: La Cité des ténèbres

21035536_20130902125911072

Fantastique moins10

67564366 Film américain, allemand

Note: 8/20 ϟ☁

Date de sortie: 16 octobre 2013
Réalisateur:
Harald Zwart
Acteurs principaux:
Lily Collins, Jamie Campbell Bower
Durée:
2h10

Synopsis (Allociné) :
New York, de nos jours. Au cours d’une soirée, Clary, 15 ans, est témoin d’un meurtre. Elle est terrifiée lorsque le corps de la victime disparaît mystérieusement devant ses yeux... Elle découvre alors l’existence d’une guerre invisible entre des forces démoniaques et la société secrète des Chasseurs d’Ombres. Le mystérieux Jace est l’un d’entre eux. À ses côtés, Clary va jouer dans cette aventure un rôle qu’elle n’aurait jamais imaginé.


Ma critique de "The Mortal Instruments": Adaptation d'un best-seller pour ados, le film s'adresse clairement au même public. Si l'intrigue reste discutable, les dialogues quant à eux ne valent pas leur pesant de popcorn: entre la fille qui se découvre des pouvoirs magiques, l'éternel triangle amoureux, et les loups-garous, le scénario ne supplante pas les classiques du genre et reste trop sérieux pour s'assumer comme un bon nanar.

the mortal instruments

En bref, l'histoire d'amour pue l'ortie, l'humour est inexistant, la mythologie fantastique est fade.

La psychologie qui plane sur les personnages principaux est caricaturale et les retournements de situation qui se veulent être des subtilités n'arrangent rien! A accepter comme tel si on aime le genre fantastique et que l'on est attiré par Lily Collins en tête d'affiche...

the mortal instruments 2

Malgré tout le vrai problème du film c'est sa longue durée. Son rythme ennuyeux fait endurer au spectateur une action vraiment pêle-mêle.

Toutes les labeurs du film pour adolescents: du fantastique pas très subtil, mais pourquoi pas après tout...

 

Réalisation:   OOOOO

Scénario:      OOOOO

Rythme:        OOOOO

Acteurs:    OOCOO

Action:        OOCOO

 

Intéressant? Non

Divertissant? Correct

 

3 bonnes raisons d'aller voir ce film au cinéma:
-
pour retrouver la jeune Lily Collins
-
pour ceux qui ont aimé "Sublimes Créatures" dans la même veine
-
pour le scénario fantastique

 

3 bonnes raisons de quitter la salle avant le début:
- la niaiserie des dialogues d'un film pour ados
- ennuyeux et très sérieux
- des décors un peu bas de gamme

Posté par Aline Cineglobe à 10:57 - Science-Fiction/ Fantastique - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 novembre 2013

Vie de cinéphage n°8

 

ferme-o

Quand tu as mis pas moins de trois 18/20 en une semaine sur ton blog, et que tu ressors du dernier Guillaume Canet

 

Posté par Aline Cineglobe à 10:03 - # Vie de cinéphage # - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vie de cinéphage n°7

 

ap09e49

Quand tu réalises qu'ils ont enfin enlevé la pub Shalimar des bandes-annonces!

 

Posté par Aline Cineglobe à 09:51 - # Vie de cinéphage # - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2013

Vie de cinéphage n°6

 

rounded_cornerse

Quand tu arrives dans la salle complètement à la bourre, pile pour le grand noir...

 

Posté par Aline Cineglobe à 22:55 - # Vie de cinéphage # - Commentaires [0] - Permalien [#]